Les nombreuses façons dont le racisme institutionnel tue les personnes noires

  • par
Par Khiara M. Bridges

11 juin 2020 6:31 AM EDT

Le roman coronavirus et le genou que Derek Chauvin a négligemment placé sur le cou de George Floyd pendant près de neuf minutes ont montré exactement la même chose : il existe une hiérarchie raciale aux États-Unis, et les personnes de couleur – en particulier les Noirs – sont au bas de l’échelle.

À ce stade, plusieurs mois après le début de la pandémie, la plupart des gens sont conscients que le COVID-19 a tué des Noirs de manière disproportionnée aux États-Unis. En Louisiane, les Noirs représentent plus de 53 % des personnes décédées du COVID-19, alors qu’ils ne représentent que 33 % de la population de l’État. Dans le comté de Cook, en Illinois, ils représentent 35 % des décès dus au COVID-19 dans le comté, alors qu’ils constituent 23 % de la population. À New York, qui était jusqu’à récemment l’épicentre de l’épidémie de coronavirus aux États-Unis, les statistiques préliminaires montrent que le taux de mortalité lié au COVID-19 chez les Noirs était de 92,3 pour 100 000 personnes. Chez les Blancs, en revanche, il était inférieur de moitié à ce chiffre : 45,2 pour 100 000 personnes. Ces chiffres montrent clairement que le nouveau coronavirus n’est pas un grand égalisateur – il présente le même risque pour tous, quelle que soit la race. Au contraire, COVID-19 a révélé des inégalités raciales frappantes, mais tout à fait familières, en matière de santé.

Les chercheurs ont depuis longtemps documenté le fait que les personnes noires ont des taux plus élevés de maladies cardiaques, d’hypertension, de diabète, de maladies pulmonaires, d’asthme et d’obésité, entre autres maladies. Fait important, il n’y a rien d’inné chez les Noirs qui explique pourquoi ils sont plus malades (et meurent plus tôt) que leurs homologues non noirs. Il n’existe aucun gène spécifique aux Noirs qui les prédispose à la mort. Comme l’explique avec pertinence la juriste Dorothy Roberts, « il n’est pas plausible qu’une race de personnes ait évolué pour avoir une prédisposition génétique à l’insuffisance cardiaque, à l’hypertension, à la mortalité infantile, au diabète et à l’asthme. Aucune théorie évolutionniste ne peut expliquer pourquoi l’ascendance africaine serait génétiquement prédisposée à pratiquement toutes les grandes maladies courantes. » Les gènes des Noirs ne sont pas mortels. C’est plutôt la façon dont nous avons organisé la société qui est mortelle.

Les disparités raciales en matière de santé ne peuvent pas non plus être expliquées en termes de « culture » des Noirs. Ceux qui cherchent à justifier notre statu quo racial ont proposé que les Noirs ont une « culture » qui les conduit à ne pas faire d’exercice, à éviter d’aller chez le médecin et à avoir des régimes alimentaires riches en sucre, en graisses et en sodium. Les disparités raciales en matière de santé sont censées être le résultat de cette « culture » toxique. Cet argument n’est convaincant que pour ceux qui veulent justifier notre situation raciale. Si les personnes de couleur ne font pas autant d’exercice qu’elles le devraient, c’est probablement parce qu’elles vivent dans des quartiers où il est dangereux de faire de l’exercice en plein air et où les possibilités telles que les gymnases ou les ligues sportives font défaut. Si les personnes de couleur ne vont pas chez le médecin aussi souvent que leurs homologues blancs, c’est probablement parce qu’elles n’ont pas d’assurance maladie ou qu’il n’y a pas de prestataires de soins de qualité à leur disposition. Si les personnes de couleur consomment des aliments riches en sucre, en graisses et en sodium, c’est probablement parce que ces aliments sont les seules options abordables dans leur région.

En vérité, les Noirs sont plus malades et meurent plus tôt que leurs homologues blancs parce qu’ils sont plus susceptibles de rencontrer ces choses qui, nous le savons, compromettent la santé – comme des prestataires de soins de santé inaccessibles ou partiaux, des écoles et des systèmes éducatifs inadéquats, le chômage, des emplois dangereux, des logements non sécurisés et des communautés violentes et polluées. De nombreuses études démontrent que les environnements dans lesquels les personnes de couleur vivent, travaillent, jouent et vieillissent sont tous susceptibles de nuire à leur santé. Les tentatives d’expliquer les disparités raciales en matière de santé en termes de mauvais gènes ou de mauvaise culture ne sont que des excuses pour ne pas examiner – et démanteler – les facteurs structurels qui expliquent réellement pourquoi les personnes de couleur sont en moins bonne santé.

Notamment, bon nombre des maladies qui frappent les personnes noires à des taux plus élevés sont les conditions sous-jacentes – asthme, hypertension, maladies cardiaques et pulmonaires, diabète – qui sont des facteurs de risque pour développer un cas particulièrement grave de COVID-19. Ce que cela signifie, c’est que si les Noirs contractent le nouveau coronavirus, ils sont plus susceptibles de mourir.

En outre, les Noirs sont moins en mesure que leurs homologues blancs de s’engager dans la distanciation sociale qui permet d’éviter de contracter le COVID-19 en premier lieu. Les personnes à faible revenu, qui sont de manière disproportionnée des personnes de couleur, sont les « travailleurs essentiels » qui permettent à nos villes de fonctionner et à notre pays de fonctionner. Sur ce point, l’Economic Policy Institute a publié un rapport en mars qui indique que « seuls 9,2 % des travailleurs du quartile inférieur de la distribution des salaires peuvent télétravailler, contre 61,5 % des travailleurs du quartile supérieur ». Il a également noté que « moins d’un travailleur noir sur cinq et environ un travailleur hispanique sur six sont en mesure de travailler à domicile. » Les personnes à faible revenu sont les concierges. Ils sont les ouvriers agricoles. Ils remplissent les rayons des épiceries. Ils font la cuisine dans les restaurants. (Ceci, bien sûr, s’ils ont pu conserver leur emploi, car les Américains hispaniques et noirs étaient plus susceptibles d’être licenciés ou mis au chômage technique pendant la pandémie que les Américains blancs). Les personnes à faible revenu ne peuvent pas non plus bénéficier de la distance sociale parce qu’elles sont moins susceptibles de posséder une voiture. Pour aller quelque part, elles doivent prendre le bus. Elles doivent prendre le train. Cela augmente également leur risque d’exposition.

Et que se passe-t-il si une personne est infectée ou pense l’être ? On lui dit de se mettre en quarantaine – de rester à l’écart des autres personnes. Mais les logements que les personnes à faible revenu appellent leur foyer ne leur permettent pas de le faire. Il est pratiquement impossible d’éviter tout contact lorsque vous partagez une salle de bain et une chambre avec plusieurs membres de votre famille.

Il n’est donc pas surprenant que le COVID-19 ait été particulièrement mortel pour les Noirs. Leur incapacité à éviter de contracter le nouveau coronavirus – et la probabilité accrue de contracter le virus avec un corps qui a déjà été endommagé par le racisme structurel – révèle la vulnérabilité et la marginalisation des Noirs.

La mort de George Floyd révèle exactement la même chose.

La brutalité policière contre les personnes de couleur est une forme spectaculaire de la violence raciale que le système pénal-justice de notre nation inflige chaque jour. Si nous reculons, nous verrons que la rencontre avec la police qui a conduit à la mort de Floyd se déroule dans un contexte plus large d’incarcération de masse. À l’heure actuelle, 2,3 millions de personnes sont détenues dans les prisons et autres établissements pénitentiaires du pays. Dans la plupart des cas, ce chiffre est remarquable. Il signifie que les États-Unis ont la plus grande population carcérale du monde. La Chine arrive en deuxième position, avec 1,7 million de personnes emprisonnées, soit un demi-million de personnes de moins que les États-Unis, dans un pays de 1,4 milliard d’habitants. Le chiffre américain correspond à l’emprisonnement de 698 personnes pour 100 000 habitants. Ce taux éclipse les taux d’incarcération des pays que les États-Unis considèrent habituellement comme leurs pairs. En effet, le taux auquel les États-Unis incarcèrent leur population est environ six fois supérieur au taux d’incarcération le plus élevé parmi les nations d’Europe occidentale.

Bien que ces chiffres, en soi, puissent être déconcertants, ils deviennent encore plus inquiétants lorsque nous considérons la géographie raciale de la population carcérale des États-Unis : les personnes de couleur, en particulier les personnes noires, sont représentées de manière disproportionnée parmi les personnes incarcérées. Alors que les Noirs représentent 12 % de la population américaine, ils constituent 33 % de la population carcérale. Les Noirs sont donc dramatiquement surreprésentés dans les prisons et les établissements pénitentiaires du pays. Pendant ce temps, les Blancs représentent 64% de la population américaine, mais ils ne constituent que 30% de la population carcérale.

Les taux extrêmement élevés d’incarcération des Noirs signifient que, dans de nombreuses communautés, il n’est pas déraisonnable pour les Noirs – en particulier les hommes noirs – de s’attendre à aller en prison à un moment donné de leur vie. La juriste Michelle Alexander observe dans The New Jim Crow : Mass Incarceration in the Age of Colorblindness qu’à Washington, D.C., « on estime que 3 jeunes hommes noirs sur 4 (et presque tous ceux des quartiers les plus pauvres) peuvent s’attendre à passer du temps en prison ». A l’échelle nationale, 1 homme noir sur 3 doit s’attendre à être incarcéré au cours de sa vie.

Même si le grand nombre de Noirs actuellement emprisonnés reflétait simplement le fait extrêmement discutable qu’un grand nombre de Noirs commettent des crimes, nous devrions avoir un problème avec l’incarcération de masse. Comme l’écrit le juriste Paul Butler dans Let’s Get Free : A Hip-Hop Theory of Justice, « Imaginez un pays dont les statistiques, comme celles de Washington, montrent que plus d’un tiers des jeunes hommes sont sous la surveillance du système de justice pénale : ils sont soit en prison, soit en liberté conditionnelle, soit en attente de jugement. Imaginez un pays dans lequel deux tiers des jeunes hommes peuvent s’attendre à être arrêtés avant d’atteindre l’âge de 30 ans. Imaginez un pays dans lequel il y a plus de jeunes hommes en prison qu’à l’université… Un tel pays ressemble à un État policier. Lorsque nous critiquons ce genre de régime, nous pensons que le problème ne vient pas des citoyens de l’État, mais plutôt du gouvernement ou de la loi. » Butler suggère que l’incarcération de masse en dit moins sur les valeurs problématiques portées par ceux qui enfreindraient la loi et plus sur les engagements problématiques de la nation qui incarcérerait ces contrevenants avec une telle impunité.

L’incarcération de masse signifie que ce pays aborde ses problèmes par le biais du système de justice pénale. Lorsqu’elle est confrontée à un mal social, notre nation répond en construisant davantage de prisons et de geôles. Parce que l’incarcération est l’outil que nous utilisons pour résoudre les problèmes de société, nous avons érigé peu de limites à la capacité de la police à maintenir l’ordre social. La police peut arrêter qui elle veut quand elle veut. Elle peut enquêter sur des choses qui n’ont aucun rapport avec la raison de l’arrestation. Ils peuvent utiliser la force. Ils peuvent tuer.

Comme COVID-19, le système de justice pénale témoigne de la façon dont une société qui devrait prendre soin et protéger son peuple laisse au contraire les Noirs susceptibles d’être blessés et avec peu de contrôle sur leur bien-être. Il le fait à travers le nombre tragiquement élevé de Noirs qui se trouvent dans les prisons et les établissements pénitentiaires, dans les taux disproportionnés d’incarcération des Noirs, dans la violence des tactiques que les gouvernements ont utilisées pour policer les communautés de couleur, dans la fréquence avec laquelle les rencontres des Noirs avec la police se terminent par la mort et dans la rareté avec laquelle les policiers sont inculpés et condamnés pour avoir tué des Noirs.

La preuve de la hiérarchie raciale de ce pays est partout. Puissions-nous la démanteler sous toutes ses formes cruelles qui mettent fin à la vie.

Ce texte est paru dans le numéro du 22 juin 2020 de TIME.

Contactez-nous à [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *